Projet type graphisme

6 mars 2016

A. Le brief du client

Le « brief » est un document résumant les attentes précises du client, qui est normalement remis au graphiste au début de son projet. Il détaille notamment les éléments suivants.

• Qui: Votre client: qui est-il? Quelles sont les valeurs, l’identité, le positionnement, la concurrence de sa marque?

• Pour qui: Quel est le public visé (ses attentes, ses principales caractéristiques, sa perception actuelle et souhaitée du service ou du produit sur lequel on vous demande de communiquer)?

• Quoi: Que vous demande-t-on exactement de faire? Quel est l’objet du brief: ses objectifs, le(s) message(s) à faire passer, les points forts du produit ou du service sur lequel on vous demande de communiquer? Quelles sont les différentes opérations et documents de communication prévus.

• Comment: Quelles sont les contraintes éventuelles: techniques, graphiques, éditoriales… Votre client possède-t-il déjà une identité visuelle qu’il faut respecter? Quels sont le budget, le planning, les documents à remettre (aussi appelés les « livrables »)…

A noter que vos clients ne vous remettront pas forcément un brief. S’il ne le font pas (si par exemple il s’agit d’une petite entreprise, ou d’une structure qui n’est pas habituée à réaliser ce genre de documents), ce sera à vous de poser les bonnes questions pour obtenir les bonnes réponses… En effet, rappelez-vous que lorsque les questions sont bien posées, on a plus de chance d’avoir des réponses pertinentes.

B. La création d’un ou plusieurs « avant-projets »

Suite à l’analyse du brief, le graphiste imaginera souvent plusieurs avant-projets (entre 1 et 3). Ceux-ci devront explorer des pistes assez différentes les unes des autres, afin d’offrir un réel éventail de choix au client.

Notez cependant que ces avant-projets sont des documents de travail, qui vont nécessairement évoluer dans le temps. Ils devront donc évidemment être propres et soignés, mais il n’est inutile de trop les aboutir…

C. Présenter ces avant-projets au client

Lors de la présentation des avant-projets, le graphiste devra être attentif aux remarques de son client, qui pourra quelquefois changer d’avis ou réorienter ses premiers choix.

Il devra ensuite affiner son projet, c’est-à-dire le modifier en tenant compte des indications de son client.

D. Elaborer le projet définitif

Après plusieurs rendez-vous au cours desquels le graphiste aura présenté ses avant-projets et leurs évolutions à son client, ils se seront mis d’accord sur un principe graphique général.

Le graphiste va alors « formaliser » précisément tous les documents et leurs déclinaisons éventuelles. Ceux-ci seront ensuite transmis aux personnes qui auront en charge leurréalisation (c’est-à-dire soit l’imprimeur dans le cas d’un projet de « print », ou alors les intégrateurs ou webdesigners dans le cas d’un projet « web »).

Le graphiste devra alors se mettre en relation avec ces personnes afin de connaitre leurs spécifications techniques (formats de fichier à transmettre, etc.).

E. Suivre la réalisation

Le graphiste est ensuite généralement chargé du suivi de la réalisation.

Il remet (à l’imprimeur ou aux techniciens web) le(s) document(s) numérique(s) qu’il a créés, et il leur transmet également les diverses indications utiles (par exemple, dans le cas d’un document imprimé, cela peut être la quantité à tirer, les découpes éventuelles, les délais, etc.).

C’est enfin lui qui s’assure que les documents finaux ressemblent bien à ce qu’il avait imaginé au départ, et si quelques modifications sont éventuellement nécessaires.

F. Quelques remarques complémentaires

Selon le type de projet, toutes les étapes que nous venons d’évoquer n’auront pas nécessairement la même importance. Il est même possible que certaines d’entre elles « sautent » carrément, notamment dans le cas de petits projets.

Au niveau de sa rémunération, sachez que suite à l’analyse des besoins du client (et du brief s’il existe), le graphiste indépendant remet un devis à son client. Celui-ci est le plus souvent calculé en nombre de jours de travail. Les tarifs sont très variables, et dépendent notamment de l’expérience du graphiste, du type de projet, du client et du suivi qui sera nécessaire (les gros projets réalisés pour des grosses sociétés nécessitent en général plus de suivi et sont donc facturés plus cher). Un exemple de tarif (à affiner selon les critères indiqués ci-dessus) peut aller de 100 à 200 euros net par jour, auxquels il convient d’ajouter les charges liées au type de structure (Maison des artistes, indépendant, société…) choisi par le graphiste.

Le graphiste sera ensuite soit payé à la fin du projet, ou alors (pour les projets plus longs à réaliser ou plus importants), il pourra aussi être payé en plusieurs étapes liées à l’avancement du projet, par exemple, un certain montant à la commande, un autre en cours de projet, et le solde à la fin. Les pourcentages peuvent varier selon les projets et les clients (une répartition en trois tiers est une possibilité parmi d’autres…).

La « matière » du graphiste

Pour finir ce cours, nous vous proposons une dernière partie insistant sur la « matière » du graphiste, c’est-à-dire les différents éléments qu’il pourra utiliser pour élaborer son projet.

Le graphiste devra, nous l’avons dit, être non seulement créatif, mais aussi réussir à mettre cette créativité au service de son projet. Mais sur quels domaines va-t-il intervenir exactement…

A. Les images

Photographies ou illustrations, les images jouent un rôle important dans tout projet de graphisme, qu’il s’agisse d’un logo, d’une plaquette, d’un site web, etc. Leur choix, leur taille, leur position, leurs effets et leurs « textures » (noir et blanc, transparence, dégradé…), le fait qu’elles soient regroupées ou dispersées… tout cela sera essentiel.

B. Les couleurs

En aplat ou par petites touches, elles peuvent totalement changer la perception d’un document. Elles possèdent, par ailleurs, un aspect « identitaire » (lorsque l’on pense à un logo de pharmacie, ce n’est par exemple pas la couleur rouge qui nous vient en premier à l’esprit… de même avec un logo de boucherie que l’on n’imagine pas nécessairement vert ou bleu…). Les couleurs doivent également servir, si elles sont bien utilisées, à mettre en valeur certains éléments (titres, parties de pages…).

C. La typographie

Dynamiques ou très « posées », manuscrites ou orthogonales, originales ou au contraire « rassurantes », les polices de caractères seront-elles aussi essentielles, et leur choix participera de manière évidente à l’identité du projet.

D. L’organisation des informations

En une ou plusieurs colonnes, avec des informations ou des images regroupées ou dispersées, dans un format plutôt vertical ou plutôt horizontal… l’organisation des informations est elle aussi essentielle. Quel que soit le document qu’il aura à créer, le graphiste devra hiérarchiser les informations, c’est-à-dire non seulement mettre en valeur ce qui est important (les titres, certaines images…), mais aussi permettre au lecteur de s’y repérer (les légendes d’un texte ne devront par exemple par ressembler aux titres, etc.). Le graphiste devra aussi créer du rythme et imaginer un « parcours », un chemin de lecture et de découverte du document.

E. Mais aussi…

Pour finir notre petite liste, évoquons l’équilibre global de la composition. En effet, il ne s’agit pas de réfléchir les images d’un côté, les couleurs et les typographies de l’autre, etc. Un bon projet de graphisme, c’est avant tout un projet cohérent, où tous les éléments ont été réfléchis ensemble!

Conclusion

Notre tour des métiers et champs d’application du graphisme est maintenant terminé. Cela représente, c’est vrai, pas mal d’informations… Mais ne vous inquiétez pas: toutes ne sont pas à retenir par cœur, et vous aurez largement le temps d’approfondir tout ce que nous avons évoqué dans ce cours dans les différents projets que nous vous proposerons tout au long de votre formation.

En effet, le graphisme est une discipline qui s’apprend en se pratiquant. Il nous semblait important de vous fournir, dans ce petit cours d’introduction, un panorama un peu global. Mais celui-ci prendra réellement tout son sens lorsque vous passerez à des sujets et exercices plus concrets, et que nous échangerons sur vos propres projets!

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.